Une hormone parmi plus de 1300 autres.

19 juin, 2005

(0) Commentaire

Durant des décennies, les scientifiques ont recherché les notions qui pouvaient relier le cœur et l’amour. Une petit protéine composée de 9 acides aminés produite par le cerveau reste, dans l’esprit des scientifiques, l’hormone principale favorisant les contractions de l’utérus lors de l’accouchement et le stimulant de l’expulsion du lait, c’est l’Ocytocine. Jusqu’à maintenant ils avaient trouvé que sa libération était exclusivement faite par la glande pituitaire. En outre, de nombreuses études semblent également mettre en évidence un rôle anxiolytique majeur de l’Ocytocine qui interviendrait comme régulateur des rapports sociaux. Certains vont même jusqu’à faire l’hypothèse que le métabolisme de l’hormone puisse être défaillant dans certains troubles psychiatriques associés à des carences relationnelles, comme par exemple l’autisme. Cette hormone semble aussi jouer un rôle dans la gestion du stress. Et c’est ce rôle qui nous intéresse dans notre domaine de prédilection, le golf. Hors, des découvertes préliminaires faites à l’institut HeartMath montrent qu’elle serait aussi produite par le cœur. Dans un état de cohérence physiologique, la production d’Ocytocine se trouve fortement augmentée. En plus des connexions cœur-cerveau, l’institut démontre peu à peu toute la structuration de la chaîne hormonale et physiologique pour l’exploiter au sein de méthode efficace dans le cadre du travail, des sports et des relations inter personnelles. D’ici que l’on démontre la chaîne, coeur-cerveau, ocytocine, amour, performance en golf il n’y a qu’un pas.

admin

Les parents peuvent coacher leurs enfants

18 juin, 2005

(0) Commentaire

En tant que parent vous pouvez jouer un rôle non négligeable dans l’éducation sportive de vos enfants. En appliquant ces sept stratégies, vous aiderez votre enfant à composer avec diverses situations stressantes auxquelles il pourrait être confronté au cours de l’année.

1. L’anticipation des problèmes

En règle générale, les enfants réagissent aux problèmes de trois façons 

  • ils jouent à la politique de l’autruche (celle qui plonge sa tête pour ne pas affronter les éventuels problèmes)
  • agissent de manière impulsive ou agressive,
  • cherchent une solution.

Vous pouvez aider votre enfant à surmonter les situations auxquelles il pourrait être confronté en discutant avec lui de ces éventualités avant qu’elles ne surviennent. S’il vient de faire un beau coup de golf dans l’eau, commencez votre commentaire sur le beau coup, sur ce qu’il a pu ressentir de positif … Vous devez aider votre enfant à trouver les stratégies appropriées pour faire face à ce genre de difficultés, aidez le à trouver la solution pour que la prochaine balle ne tombe plus dans l’eau.

2. Les horaires prévisibles

Instaurez le rituel des entraînements à heures fixes. Habituez votre enfant à se réserver un moment et un endroit précis pour l’étude et les travaux scolaires puis à l’entraînement au practice de golf. Accrochez un calendrier sur un mur ou le réfrigérateur et inscrivez-y toutes les activités, événements et obligations de la famille, pour que votre enfant puisse connaître l’emploi du temps de tout le monde mais aussi du sien. Le fait de pouvoir prévoir les allées et venues des autres membres de la famille atténue les anxiétés liées à la séparation et au changement.

3. De bonnes habitudes alimentaires

Une alimentation saine se transforme en énergie positive. Sauter un repas, manger des aliments vides ou ne pas boire suffisamment d’eau augmente l’anxiété, rend maussade, nuit à la concentration et occasionne des maux de tête. Trouvez des idées de petits déjeuners et de dîners santé avec votre enfant. Évitez la caféine et les boissons et collations riches en sucre et, au petit déjeuner, mettez l’accent sur les protéines. Pendant les compétitions, contrôlez vous-même le contenu du sac, n’hésitez pas à le compléter d’une bouteille d’eau. Un golfeur peut perdre jusque 3 litres durant un parcours sous la chaleur.

4. Le sommeil

 Il arrive souvent que les enfants se couchent tard pour terminer des projets scolaires ou tout simplement pour affronter les parties virtuelles informatiques. Mais le lendemain, ils ont du mal à se concentrer ou à se remémorer leurs leçons. Les enfants devraient se coucher à heures fixes et dormir de neuf à onze heures par nuit.

5. Les exercices réguliers

Les enfants devraient faire de l’exercice avant, pendant et après l’école. Demandez lui ce qu’il fait pendant la récréation. Aidez-le à trouver des façons de dépenser son énergie et de s’activer. Inculquez-lui l’amour du grand air, puisque la lumière et l’oxygène sont importants pour la santé mentale et physique. Il peut être difficile d’encourager les enfants qui ne sont pas sportifs à faire suffisamment d’exercice, mais le golf peut s’avérer être une bonne solution.

6. Le plaisir et l’humour

Une étude a révélé que les enfants de cinq ans riaient en moyenne 400 fois par jour ! Les adultes quant à eux sont chanceux s’ils rient de douze à quinze fois par jour. Aidez votre enfant à conserver son sens du plaisir, car il s’agit d’une arme efficace pour lutter contre le stress. Le plaisir et l’humour nous aident à considérer les aléas de la vie de façon objective et nous font oublier temporairement nos craintes et nos frustrations. Le seul travail obligatoire des enfants, s’est de jouer. S’il fait du practice, préparez lui une séance d’exercices différents à chaque séance. Accentuez les exercices qu’il aiment car le sport ne doit être que plaisir. Ne surchargez pas l’horaire de votre enfant et accordez-lui suffisamment de temps libre pour jouer. Les périodes de jeux non structurées favorisent la créativité et permettent aux enfants d’affûter leurs compétences en matière de résolution de problèmes. Essayez de partir du green pour aller jusqu’au départ, ou passer de green en green sur 18 trous (attention ne pas enfreindre les lois de la sécurité, ne faites que le soir ou quand il n’y personne sur le terrain)

7. Des modèles exemplaires et des soins affectueux

Devenez attentif au monologue intérieur de votre enfant, à la perception qu’il a de lui-même et aux idées qu’il se fait. Dissipez ses pensées négatives et son manque de confiance en lui-même en faisant l’éloge de ses qualités et capacités. Aidez le à supplanter ces mauvaises rumination après son mauvais coup. Aidez le plutôt à chercher comment il va faire un bon coup de golf. Rappelez-lui qu’il n’est pas seul. Qu’il a des gens à qui il peut se confier, demander de l’aide, communiquer ses frustrations et poser des questions, et avec qui il peut partager ses sentiments.

Jouez avec votre enfant, posez-lui des questions et racontez-lui vos expériences sur certaines situations agréables et difficiles que vous avez vécues. Mais surtout, prenez soin de vous, puisque la santé est un cadeau précieux que vous pouvez partager avec lui.

admin

attention aux intentions.

17 juin, 2005

(0) Commentaire

 Au golf et dans la vie, il est important d’optimiser l’attention sur les intentions.

Dans chaque coup de golf focalisez vous sur le drapeau ou sur un cible précise et uniquement celle-ci. Il est facile de perdre sa concentration et ne plus savoir pourquoi vous êtes sur un parcours spécialement si vous êtes en train de mal jouer. Toutefois si vous mémorisez ceci « Porter attention aux intentions», vous risquez d’obtenir de bons résultats dans votre jeu. Prenons quelques exemples, si votre intention est de mettre la balle dans le trou, concentrez votre attention sur le trou, et pas sur la pente qui se trouve derrière. Si votre intention est de franchir de l’eau par atteindre le green, concentrez votre attention sur le green et non sur l’eau (ne pensez pas à une pomme !). Si votre intention est de tout simplement faire une partie d’amusement, concentrez vous sur le paysage, la beauté des arbres environnants, mais ne portez pas votre attention sur vos mauvais coups ou sur les joueurs touristes qui retardent la partie de devant.

admin

5 minutes de colère entraînent 6 heures de baisse du taux d’Iga

16 juin, 2005

(0) Commentaire

  La colère bloque l’activité du système immunitaire

Dans une étude récente, des chercheurs ont demandé à des personnes en bonne santé de se concentrer sur deux émotions différentes – colère ou inquiétude – tandis qu’un anticorps du système immunitaire était mesuré (l’IgA). L’IgA (Immunoglobuline A) est la première ligne de défense du système immunitaire agissant en tant qu’agent protecteur des cellules contre virus et bactéries. Le stress est connu comme diminuant le niveau d’IgA, il génère du cortisol, nous laissant plus vulnérables aux problèmes respiratoires comme le rhume ou la grippe. L’étude a démontré qu’un simple moment de colère provoque près de 6 heures de suppression du système immunitaire. L’étude démontre également qu’une activité soutenue de 5 minutes de cohérence cardiaque provoque une augmentation significative du même taux d’Iga, pour provoquer pendant 6 heures une activation élevée des activités immunitaires.

 

admin

Cohérence cardiaque ou régime sans sel ?

15 juin, 2005

(0) Commentaire

Cette technique mise au point aux Etats-Unis soigne aussi bien l’insuffisance cardiaque que le stress ou les peines de cœur…

«Prenez d’abord deux respirations profondes en faisant durer au maximum l’expiration et avec une pause de quelques secondes avant l’inspiration suivante. Puis concentrez-vous sur votre cœur. Imaginez que vous respirez à travers lui, que l’inspiration apporte de l’oxygène et que l’expiration emporte les toxines. Puis savourez la sensation de chaleur qui se développe dans votre poitrine, nourrissez-la en pensant à un souvenir heureux ou une scène de paix… Voilà, la cohérence est établie.» Non, ce n’est pas une leçon de yoga ni une séance de zazen – bien que de nombreuses écoles de méditation utilisent ces mêmes techniques. Ce sont des cardiologues de Stanford qui testent la technique de la «cohérence cardiaque» en l’enseignant à un groupe de malades souffrant d’insuffisance cardiaque sévère. Au bout de six semaines de traitement, les résultats sont éloquents: le niveau de stress et de dépression s’est remarquablement amélioré, ainsi que l’état physique. Tandis que l’état général du groupe témoin, traité par des méthodes classiques, s’est détérioré. La même technique enseignée à des milliers de cadres stressés des grandes boîtes britanniques et américaines fait passer la proportion de ceux qui se disent épuisés de 50% à 12%, insomniaques de 34% à 6%, anxieux de 33% à 5%. Au bout d’un mois de pratique, leur tension artérielle a baissé deux fois plus qu’avec un régime sans sel. Une étude suggère qu’une pratique régulière fait doubler le taux de DHEA, la fameuse hormone de jouvence, et baisser d’un quart le taux de cortisol, l’hormone du stress! On savait que les fakirs faisaient des prodiges en contrôlant leur respiration. Mais comment un cadre de la British Petroleum réussit-il à se protéger contre la dépression, l’anxiété, l’hypertension et le vieillissement moyennant quelques expirations prolongées? La réponse se lit sur un écran d’ordinateur. On glisse un doigt dans une bague connectée à la machine. Un logiciel spécial mesure l’intervalle entre les battements du cœur et les traduit sur l’écran sous la forme d’une courbe. Cet intervalle n’est jamais le même. Cela s’appelle la variabilité cardiaque (à distinguer de l’arythmie) et c’est un phénomène tout à fait normal. Mais cette courbe peut prendre deux aspects: elle peut être chaotique, hérissée d’emballements et de freinages intem-pestifs. Elle peut aussi être cohérente: elle dessine alors une belle sinusoïde qui fait alterner accélérations et ralentissements avec une grande régularité. Quand on évoque des soucis, une courbe heurtée et erratique s’inscrit sur l’écran; une colère, la courbe explose. Mais dès qu’on visualise un souvenir agréable, la courbe se met à onduler doucement. La cohérence cardiaque est donc un excellent indice de l’état de stress. Mais elle n’est pas que cela. Elle régule et synchronise d’autres rythmes physiologiques (tension artérielle, respiration), entraînant une grande économie d’énergie pour l’organisme. Ce sont les cardiologues qui s’en sont aperçus les premiers: le deuil, la dépression, la colère ont des répercussions plus graves que le tabac sur les maladies cardiaques. Le «cœur brisé» n’est pas qu’une métaphore. Puis les neurologues ont découvert que le cœur possède son propre réseau de neurones: c’est un véritable «petit cerveau du cœur» localisé dans le corps, qui influence l’activité du cerveau à travers les fibres nerveuses qu’il renvoie vers la base du crâne! Le cœur fabrique aussi ses propres hormones, qui agissent directement sur le cerveau: ainsi l’ocytocine, appelée hormone de l’amour, qui est libérée dans le sang quand une mère allaite son enfant, quand un couple se fait la cour, et dans l’orgasme. Ces états émotionnels induisent la cohérence cardiaque qui se répercute rapidement sur le cerveau émotionnel en lui signalant que tout est en ordre physiologiquement. Le cerveau répond en renforçant la cohérence cardiaque. C’est ce qu’on appelle un cercle vertueux. Respirez. Ursula Gauthier / Nouvel Observateur 21 Aout 2003

admin

Utilité de la cohérence en milieu médical

14 juin, 2005

(0) Commentaire

Au sein du cabinet médical

Une étude intéressante démontrent que certaines professions, dont les professions médicales et paramédicales (mais également les policiers, les pompiers et les professions à risques élevés) captent par inadvertance et à leur insu, le stress des patients. Ce processus est assez pernitieux, dans ce sens où il est capable de bouleverser certains comportements qu’au bout d’un certain nombre d’années. Ce syndrome est appelé le burn out du médecin.

Le burn out en milieu clinique

Il se concrétise par un manque de cohésion au sein des équipes médicales, mauvaises qualifications de tâches à entreprendre, turn-over élevé. Ces 3 paramètres entraînent systématiquement une perte de rentabilité financière et humaine.

admin

Le concept de la Zone

12 juin, 2005

(0) Commentaire

Calme et confiance sont les termes qui peuvent symboliser la Zone. Chaque action et chaque décision se prend sans effort, facilement. Pas de critique, vous vivez dans l’instant présent. Le joueur est présent et maintenant.

Des indices permettant de discerner un golfeur hors Zone:

  • je suis en train de perdre contre ce joueur que je dois/devrait battre
  • je ne peux être en même temps détendu et concentré
  • je suis très nerveux sur le départ du Tee n°1
  • j’ai des blocages dans les situations difficiles 
  •  je ne peux contrôler mes émotions
  • je suis intimidé par mes partenaires ou adversaires
  • j’ai perdu le championnat sur un seul coup 

 … Des indices qui permettent de discerner qu’un joueur se trouve dans la Zone

  • tout ce que j’entreprends parait simple
  • je vois des trous gros comme des bassines
  • je ne vois d’autre que les fairways et les greens
  • je suis magique
  • je suis dans la balle
  • c’est trop facile ce sport
  • je suis au top de ma concentration

Nous pouvons étoffer ensemble la liste des affirmations, pour cela souvenez vous lorsque vous vous êtes retrouvés spontanément dans ce genre de situation, je publierai vos sensations.

admin

Ne pensez pas à une …Pomme

11 juin, 2005

(0) Commentaire

 Si on vous pose la question suivante: ne pensez pas à une pomme…A quoi allez vous penser immédiatement !

Si vous vous retrouvez devant un obstacle d’eau, entre le drapeau et votre approche, ne pensez surtout pas la chose suivante: je ne dois pas aller dans l’eau. Placez vous derrière la balle, concentrez vous techniquement sur votre coup de golf, concentrez vous sur une technique la plus simple possible, imaginez la trajectoire que va prendre votre balle avec cette technique, imaginez votre balle atteindre la cible, déterminez la zone de green à atteindre puis visualisez la balle dans un périmètre autour du drapeau. Ensuite approchez vous de la balle, placez vous pour viser la cible et lancer la balle rapidement. Pas de coup d’essai ou autre devant la balle, c’est déjà fait lorsque vous étiez derrière. Vous avez acquis une manière d’augmenter vos chance de ne plus mettre des balles dans l’eau ! Enfin, un peu moins.

admin

La mémoire des émotions

10 juin, 2005

(0) Commentaire

Les mémoires utilisées par les anciennes émotions se trouvent dans l’Amygdale, une structure en forme d’amande située au niveau du second cerveau. La mémoire des émotions peut faire réagir certaines personnes de manière inconciente ou automatique sur des évènements déjà produits dans le passé. Cependant ces réactions, peuvent ne pas être adaptées à la situation actuelle.

Voici comment çà fonctionne… 

Des émotions mémorisées peuvent être déclenchées par un événement qui se produit dans le présent, semblable à un événement qui s’est déjà produit dans le passé. Il transite tellement rapidement dans sa recherche d’informations auprès de l’Amygdale, que le 3ème cerveau, le cortex, n’a pas le temps d’analyser ce stimulus. Ce procédé de communication rapide, est une réaction basique utile par exemple, en étant effrayé, fâché ou ennervé, pour l’influence des émotions déjà mémorisées, sans rapport pourtant avec la situation actuelle. Lorsque les gens ressentent une émotion forte, l’Amygdale mémorise beaucoup de détails associés à cet événement. Même les choses qui sont indirectement liées peuvent déclencher d’anciennes émotions sans qu’on se rende compte de ce qui se produit. L’Amygdale prend en compte toutes sortes de sensations comme celles de la vue, l’odeur, le goût, le bruit et utilise un circuit de commutation rapide pour retrouver les détails déjà produits.

Un autre exemple

Vous êtes devant un putt de 30 centimètres, mais l’odeur de l’herbe fraîchement coupée vous rappelle le précédent green sur lequel vous avez déjà manqué un putt équivalent. Vous n’avez même pas commencé que votre corps dans son ensemble commence à « frémir », de peur de le manquer une nouvelle fois.

Un dernier exemple

Un jeune garçon a été mordu par un chien. La morsure lui a été douloureuse et il a eu peur. Cet évènement est entreposé dans sa banque de mémoire des émotions. Une fois adulte, la seule vue d’un chien, déclenche toujours un sentiment de crainte et d’hésitation.

admin

Situations types

9 juin, 2005

(0) Commentaire

 Quelques situations où la cohérence physiologique aide au golf

  • la pré-routine avant la frappe
  • la routine après le coup
  • l’anxiété générée pour un coup particulier ou pour un trou particulier
  • le stress avant un grand tournoi
  • l’apprentissage d’un coup de golf ou d’un nouveau swing
  • la frustration d’avoir manqué un coup ou une situation pénalisante
  • la déception émotive et l’impression d’avoir manqué un trou ou fait une mauvaise partie
  • lorsque vous souffrez de « yips » ou avez des tics nerveux
  • si vous devez faire le discours du vainqueur

admin