Facteur X, un facteur de puissance cinétique

27 juillet, 2005

(0) Commentaire

 

Le facteur X est au golf, un moyen de se donner de la puissance. Il est caractérisé par la différence de rotation entre les épaules et les hanches. Cette différence engendre un effet ressort. Sur l’animation ci dessus la ligne jaune symbolisant la direction des hanches et la ligne rouge symbolisant la direction des épaules, se croisent au sommet de la montée du club. On voit apparaître une représentation du facteur X.

admin

Les Facteurs de Performance

25 juillet, 2005

(0) Commentaire

Le golf demande des facultés d’adaptabilité permanentes à un environnement stable…mais constamment renouvelé

Les facteurs bios mécaniques

  • Pertinence du geste, en rapport avec les lois mécaniques, physiques, géométriques 
  • Puissance à laquelle le geste pertinent peut être exécuté
  • Endurance des forces spécifiques, assurant la stabilité technique durant la totalité de l’épreuve des principaux groupes musculaires : Mains et avant bras puissants - Appuis au sol dynamiques - Muscles posturaux

Il n’a pas encore été possible de déceler des constantes morphologiques.

L’adéquation joueur / matériel est un critère important à prendre en compte en regard à ses capacités physiques et morphologiques.

Les facteurs physiologiques

  • Endurance, activité aérobie sur la durée globale d’un parcours (environ 4 à 5 heures) 
  • Détente, vitesse, tonicité
  • Diététique adaptée et apports énergétiques en compétition
  • Gestion de la récupération Les facteurs bios informationnels
  • Capacité psychomotrice - Avoir des sens kinesthésiques élevés - Coordination œil-main - Automatisme gestuel - Adéquation corps-club
  • Capacité psycho sensori moteur - Relation dans l’espace - Alignement et visée - Position du club dans l’espace

La Capacité d’apprentissage.

La maturité du golfeur de haut niveau se situe vers 25 à 30 ans, mais il a tendance à évoluer, les jeunes golfeurs ayant une sensibilité plus importante sur leur diététique et leurs capacités musculaires.

Chez les jeunes < 18 ans 

  • Curiosité et désir d’apprendre. La formation devra s’axer sur le jeu et l’amusement pédagogique au détriment de la technique
  • Spontanéité et enthousiasme 
  • Compréhension des relations cause/effets

Chez les adultes

  • Capital expérience, attention toutefois au ROI psychologique inadapté
  • Progression dans la régularité
  • Connaissance de soi
  • Identification rationnelle des paramètres conduisant au succès

Les facteurs psychologiques

  • Compréhension et régulation des émotions
  • Endurance psychologique
  • Créativité
  • Agressivité
  • Facteurs conduisant à une autonomie personnelle

Les facteurs institutionnels 

  • Environnement familial et soutien extérieur
  • Structure d’entraînement et de suivi
  • Régularité La qualité technique est la résultante de la compréhension des lois balistiques influençant le vol d’une balle, de l’efficacité biomécanique, de l’accumulation d’expériences et de la créativité.

admin

20 juillet, 2005

(0) Commentaire

Oubliez la méthode des centaines de balles frappées au practice, voici une trame de travail.

Le Parcours simulé . Temps consacré: 1 heure

Commencez toujours par un échauffement surtout si vous allez au practice tot le matin. Attention toutefois aux étirements, de récentes études mettent en cause l’étirement au golf car il faut environ 5 à 6 heures aux fibres musculaires pour revenir dans leurs positions initiales. Ce sport de dynamique demande toutes les capacités des fibres, ne lui enlevé pas. Imaginez vous au départ du trou n°1 Par5, drive plein milieu, frappez et constatez le résultat. Si votre balle est effectivement plein milieu, tapez un fer long, puis une approche. Repérez l’emplacement de cette dernière balle, elle devient la cible pour les 2 balles que vous allez frapper ensuite. Continuez la procédure en simulant tous les trous de votre parcours habituel. Profitez des moments entre les coups pour faire un vide mental et pour effacer les mauvais coups résiduels.

L’entrainement sur les types de coups Temps consacré : 1 heure

Les longs & moyens coups

Repérez 3 cibles sur le practice et tapez les en alternance. Alternez ensuite coups longs et moyens, avec un temps de récupération de 3 minutes entre chaque coup, profitez en pour vous mettre sous cohérence cardiaque et faire un raz de votre mental. Vous êtes votre ami sur le practice, profitez en pour le solliciter le lui demander en toute humilité ce qu’il pense de tel ou tel coup.

Les chips et pitchs

Faites un parcours de 9 trous autour du green de practice, faites 2 coups par trous maximum et changez à chaque coup. Le putting Faites sur le putting green des Par 2 avec un ami, le perdant est celui qui atteint 10 points.

Sortie de bunker

Envoyez 10 balles aléatoirement dans le bunker et faites des sorties sur un même drapeau.

Conclusion

Il y a des centaines de méthodes et de plans d’entrainement possibles, il est intéressant d’éviter de taper plusieurs fois les mêmes balles. Jouez plutôt la diversité et profitez en pour découvrir les multiples facettes de ce sport. Si vous assistez au clinics d’un pro, vous verrez qu’il fait beaucoup de coups spéciaux, il s’amuse en quelque sorte. N’hésitez pas à l’imiter, vous découvrirez des sensations nouvelles.

admin

20 juillet, 2005

(0) Commentaire

Oubliez la méthode des centaines de balles frappées au practice, voici une trame de travail.

Le Parcours simulé . Temps consacré: 1 heure

Commencez toujours par un échauffement surtout si vous allez au practice tot le matin. Attention toutefois aux étirements, de récentes études mettent en cause l’étirement au golf car il faut environ 5 à 6 heures aux fibres musculaires pour revenir dans leurs positions initiales. Ce sport de dynamique demande toutes les capacités des fibres, ne lui enlevé pas. Imaginez vous au départ du trou n°1 Par5, drive plein milieu, frappez et constatez le résultat. Si votre balle est effectivement plein milieu, tapez un fer long, puis une approche. Repérez l’emplacement de cette dernière balle, elle devient la cible pour les 2 balles que vous allez frapper ensuite. Continuez la procédure en simulant tous les trous de votre parcours habituel. Profitez des moments entre les coups pour faire un vide mental et pour effacer les mauvais coups résiduels.

L’entrainement sur les types de coups Temps consacré : 1 heure

Les longs & moyens coups

Repérez 3 cibles sur le practice et tapez les en alternance. Alternez ensuite coups longs et moyens, avec un temps de récupération de 3 minutes entre chaque coup, profitez en pour vous mettre sous cohérence cardiaque et faire un raz de votre mental. Vous êtes votre ami sur le practice, profitez en pour le solliciter le lui demander en toute humilité ce qu’il pense de tel ou tel coup.

Les chips et pitchs

Faites un parcours de 9 trous autour du green de practice, faites 2 coups par trous maximum et changez à chaque coup. Le putting Faites sur le putting green des Par 2 avec un ami, le perdant est celui qui atteint 10 points.

Sortie de bunker

Envoyez 10 balles aléatoirement dans le bunker et faites des sorties sur un même drapeau.

Conclusion

Il y a des centaines de méthodes et de plans d’entrainement possibles, il est intéressant d’éviter de taper plusieurs fois les mêmes balles. Jouez plutôt la diversité et profitez en pour découvrir les multiples facettes de ce sport. Si vous assistez au clinics d’un pro, vous verrez qu’il fait beaucoup de coups spéciaux, il s’amuse en quelque sorte. N’hésitez pas à l’imiter, vous découvrirez des sensations nouvelles.

admin

La Psychologie Evolutive…et le golf

10 juillet, 2005

(0) Commentaire

Née à la fin des années 1980 comme une évolution de la sociobiologie, la psychologie évolutive veut réexaminer les comportements humains à la lumière de la sélection naturelle et de la sélection sexuelle. Cette approche s’appuie sur le fait que les premiers ancêtres du genre humain (comme Homo habilis, apparus il y a environ 2,5 millions d’années), ont évolué pendant des milliers d’années dans un environnement bien différent du nôtre. Les anglo-saxons parlent de «Environment of Evolutionary Adaptedness» (EEA) pour désigner ces différentes contraintes subies par nos ancêtres chasseurs-cueilleurs dans les savanes. Des contraintes physiques comme rester au chaud, avoir assez de nourriture, éviter les prédateurs et les maladies, etc. Mais encore plus importantes, des contraintes sociales comme maintenir des relations réciproques avec les autres, éviter les tricheurs, avoir une bonne place dans la hiérarchie, trouver un partenaire pour se reproduire et former avec lui des liens suffisants pour élever une progéniture, etc. Résultat : en plus des caractéristiques anatomiques les mieux adaptées, les mécanismes psychiques les plus “payants” dans ces situations sociales ancestrales furent aussi sélectionnés. La psychologie évolutive considère donc le cerveau de l’homme moderne comme constitué de modules spécialisés dans la résolution de problèmes ayant permis d’optimiser le succès reproducteur de l’espèce. Par conséquent, notre cerveau n’a pas été “sélectionné” pour vivre dans l’environnement technologique et urbain que l’on connaît aujourd’hui. Pour certaines fonctions cela n’aura aucun impact. Mais pour d’autres, comme l’activation chronique du système d’alarme du cerveau, cela peut avoir des conséquences désastreuses pour l’organisme. Le corollaire de ceci pourrait être l’effet d’apaisement que retrouvent les citadins en allant à la campagne, un environnement beaucoup plus proche de celui dans lequel ils ont évolué. Avec ses modules adaptés aux problèmes rencontrés par nos ancêtres, la psychologie évolutive s’écarte donc de façon significative du modèle standard de l’esprit sur lequel s’appuient les sciences humaines… A partir de cette constatation psychologique le golf, à son état primaire, est interprété de la manière suivante, le drapeau est une cible, la club est un outil de lancé, la balle un projectile, le parcours le terrain de chasse… Nous comprenons maintenant pourquoi le golf est un sport qui attire et captive tout les êtres qui en font l’apprentissage, nous golfons aujourd’hui à l’image des chasseurs il y 2 millions d’années. Les notions de stress ne sont plus aussi poussées qu’auparavant. Il n’y a plus de grosses bestioles sur un terrain pour vous manger. Le stress que l’on connait maintenant est un comportement totalement décalé et inadapté. Optimisez votre instinct naturel de chasseur pour optimiser votre swing naturel, visée, tenue du club, alignement, volonté…

admin

Avoir le coeur brisé

2 juillet, 2005

(0) Commentaire

Avoir le coeur brisé par le chagrin ou mourir d’amour n’est pas seulement une image poétique mais une réalité physiologique, selon une étude publiée dans la dernière édition du “New England Journal of Medecine” . “C’est important de comprendre ce que peut vraiment faire le stress émotionnel”, a expliqué le cardiologue Ilan Wittstein, qui a dirigé l’équipe de chercheurs de l’école de médecine de l’université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland, nord-est) dont les travaux ont paru dans la prestigieuse publication médicale. Cette recherche conduite de 1999 à 2003 sur 19 personnes, souffrant du syndrome dit “du coeur brisé”, a montré les effets physiologiques sévères d’une émotion forte sur le coeur de sujets n’ayant aucune maladie coronarienne et généralement en bonne santé. Toutes ces personnes ont eu un rétablissement complet après quelques jours et sans aucune séquelle, ont précisé ces chercheurs. “Nous ne savons pas exactement comment un important stress émotionnel peut affecter les fonctions cardiaques mais toutes les personnes frappées par ce syndrome avaient un niveau très élevé de sécrétions et d’hormones, comme l’adrénaline, liées au stress ce qui auraient pu temporairement affecter leurs fonctions cardiaques”, a-t-il dit. Ces chercheurs n’ont pas été davantage en mesure d’expliquer pourquoi la plupart des personnes touchées par le “syndrome du coeur brisé”, comme ils l’ont baptisé, sont des femmes. Un décès dans la famille, un cambriolage, un accident de voiture, une biopsie, une fête d’anniversaire, sont parmi les événements qui ont envoyé au service d’urgence de Baltimore le groupe de 18 femmes et un homme, sujets de cette recherche entre 1999 et 2003. Tous se plaignaient de spasme dans la poitrine et d’un affaiblissement général. L’âge médian de la plupart des victimes était de 63 ans. Mais deux personnes étaient jeunes. Elles avaient respectivement 27 et 32 ans au moment de leur attaque décrite en termes médicaux comme de la cardiomyopathie due au stress. WASHINGTON (AFP), le 10-02-2005 Le stress a bien un effet direct sur la physiologie humaine chose que nous pouvons argumenter d’autant plus dans le domaine sportif et particulièrement dans le golf. Bon nombre d’infarctus se produisent sur un terrain c’est pour cela que le certificat médical est obligatoire en compétition amateur et fédérale. Le produit et logiciel que j’utilise procure une protection efficace pour ce type de problème, il possède non seulement des atouts préventifs mais également des avantages en terme de concentration générale et de gestion des événements.Il est intéressant de savoir que le stress déclenche telle hormone et qu’il est néfaste, le tout pour nous golfeur est de savoir comment ne pas en avoir ou de savoir comment le contrer.

admin

Hippocampe et Amygdale

1 juillet, 2005

(0) Commentaire

On sait maintenant que le cerveau comprend plusieurs types de mémoires. L’hippocampe et le Cortex rendent possible une mémoire consciente explicite. L’amygdale permet l’une des formes de nos mémoires implicites, la mémoire émotionnelle reliée à la peur. Différentes situations particulièrement émotive, comme mettre une balle dans l’eau toujours au même trou de golf, sera donc pris en charge à la fois par l’Hippocampe et l’Amygdale, les deux systèmes fonctionnant en parallèle. Grâce à l’Hippocampe, vous vous souviendrez avec qui vous étiez, ce que vous avez fait, et le fait que c’était une situation particulièrement pénible. Toutefois, c’est par l’entremise de l’Amygdale que le rappel de l’événement vous rendra les mains moites, augmentera votre fréquence cardiaque et feront se tendre vos muscles. La génération du stress est donc provoquée par l’impossibilité ou l’inconfort dans la gestion spontanée d’une situation. Nous en avons déjà parler, mais en règle simpliste, si lors de la situation de la mise la balle dans l’eau vous auriez réagit sans état d’énervement, l’Hippocampe n’aurait pas stocké en tant qu’élément stress. Le passage suivant et dans les mêmes conditions, l’Amygdale n’a pas d’information contradictoire et ne provoque pas de tension et d’accélération cardiaque. C’est le principe du blocage et de la distinction des pensées négatives qui est utilisé dans la méthode associée à la cohérence cardiaque.

admin