Lettre infos Thymos-PhysioGolf Aout08

18 août, 2008

(0) Commentaire

Penser positif pour mettre dans le mille

14 août, 2008

(0) Commentaire

A l’entraînement un boitier électronique aide les Français à gérer le Stress.


Libération - 14 Août 2008 - en direct de Pékin

Tir à l’arc • A l’entraînement un boîtier électronique aide les Français à gérer le stress.

Médaillée de bronze par équipe lundi, Bérengère Schuh (24 ans) disputait ce matin les huitièmes de finale du tournoi féminin de tir à l’arc. Cette année, Bérengère Schuh est devenue championne d’Europe. Romain Girouille, éliminé hier au premier tour, pointe lui, dans le top5 mondial. «En termes de densité au meilleur niveau, c’est sans conteste notre meilleure saison», souligne Marc Dellenbach, entraîneur national de l’équipe de tir à l’arc. Une concurrence interne irrespirable et des doses de travail épouvantables permettent aux Coréens de dominer outrageusement la discipline. Et si la bonne tenue des Français sur la scène internationale s’expliquait par l’utilisation, à l’entraînement, depuis le mois de septembre d’un boîtier pas plus gros qu’un lecteur MP3, relié à l’oreille via une électrode. «Un appareil de biofeedback, venu du monde médical, qui mesure la variabilité de la fréquence cardiaque, donc l’émotivité du tireur», explique Marc Dellenbach. Un système de diodes lumineuses sur le boîtier indique les évolutions de la fréquence cardiaque. Rouge : trop stressé ; bleu : on se calme ; vert : on est proche de la «zénitude» indispensable pour décocher sa flèche.

« Détachement » . «L’idée, c’est d’avoir un retour objectif sur la variabilité de la fréquence cardiaque, les sportifs ont parfois des sensations altérées. Ça fait un peu office de détecteur de mensonges sur son état émotionnel», assure Marc Dellenbach. Le système, d’abord utilisé par les golfeurs, a été introduit dans le tir à l’arc par Frédéric Lecomte, coach en management de la performance. «Il permet aux tireurs de mieux se connaître, de rectifier leur attitude s’il y a trop de stress ou de détachement, poursuit l’entraîneur des Bleus. Même si l’appareil est interdit en compétition, ils savent quand ils sont dans le rouge, ça leur permet de remettre les choses en place

Sophrologie. Au-delà du diagnostic immédiat qu’il livre sur le stress, le système permet de mesurer les effets des techniques destinées à le faire baisser (techniques de respiration, sophrologie, préparation mentale). De s’affûter le mental à coups de séance de «musculation émotionnelle» . De mettre en place des routines: une série de gestes ou d’attitudes que l’archer répétera avant, pendant et après le tir en compétition pour «être tout le temps dans le vert». Et de trouver les pensées positives qui font baisser la fréquence cardiaque. A quoi pense Bérengère Schuh avant de tirer ? «A ma nièce Lina, 18 mois. On a découvert que c’était ça, ma pensée positive

Envoyé spécial à Pékin • G.Dh.

Podium pour l’équipe de France de Tir à l’arc

10 août, 2008

(0) Commentaire

 

Elles sont radieuses les 3 françaises (de gàd Bérengère Schuh, Sophie Dodemont, Virgine Arnold), en remportant la médaille de bronze aux JO de Pékin 08, elles ouvrent le compteur de la délégation française tous sports confondus et entérinent l’investissement de beaucoup d’années d’entraînement.

interview equipe de France de Tir à l’Arc par France 2
la 1/2 finale contre l’Angleterre par France 2

Pluies battantes, lors de la demie finale contre la Corée du Sud. Bérengère Schuh (ici en photo) 

Romain Girouille “L’esprit olympique est synonyme d’échange, de joie et d’amitié”

9 août, 2008

(0) Commentaire

Romain Girouille (FRA): “L’esprit olympique est synonyme d’échange, de joie et d’amitié”
Juillet 2008- Site Web FITA-
 

Je me suis qualifié pour les Jeux Olympiques en gagnant le tournoi continental organisé pendant le Championnat d’Europe à Vittel (France). Au début de la compétition, je manquais un peu de confiance, même si j’ai réussi 114 points au premier tour. Ensuite, je n’étais pas tendu pendant le tir, mais j’ai dû gérer le vent. Le principal était de rester lucide; c’est vraiment là-dessus que nous avions travaillé avec Marc Dellenbach, mon entraîneur. Au fond de moi, je ne concevais pas de ne pas réussir à me qualifier pour les JO.

Au niveau de ma préparation pour les compétitions de Beijing, j’ai redémarré un cycle avec un volume de flèches important avant la Coupe du Monde de Boé. Je vais ensuite tirer moins de flèches durant le mois de juillet. Physiquement, je remets aussi un bloc de gros travail en préparation physique avec de la musculation et une augmentation du nombre de séances d’aérobic. Du point de vue mental, un programme de préparation a été mis en place afin d’améliorer la gestion de la compétition et des émotions.

Je pense qu’arriver aux JO en étant dans les premiers de la Coupe du Monde cette année et avec une bonne place au classement mondial peut déstabiliser mes adversaires. Cependant, je préfère ne pas tenir compte de ce facteur, car celui qui gagnera l’or est celui qui tirera le mieux ce jour-là. Je connais le terrain depuis le Tournoi Test Good Luck Beijing, c’est un bon avantage de pouvoir tester les installations olympiques un an avant le début de la “vraie” compétition.

Ce seront mes premiers Jeux Olympiques. Ce qui est sûr, c’est que ce sera une expérience inoubliable du point de vue relationnel, que ce soit entre les nations, les disciplines ou les athlètes. Je pense que l’esprit olympique est avant tout synonyme d’échange, de joie et d’amitié.
Lisez ma biographie…

Romain Girouille (FRA)